Body Love (1978) Lass Braun : Cool Frénésie

dscn0534-copie-1

Crème de la crème, best of the best, king of porn. C’est sans doute ainsi qu’on pouvait décrire Lass Braun à l’époque où le Q était IN, où on se délectait de pénétration et d’éjaculation en sirotant tranquillement ses cocktails à Cannes, entre émeute, lubricité évidente et curiosité avide. Homme d’affaires entreprenant, qui n’a cessé de faciliter et nourrir l’avènement du porno, Braun fait sensations avec son Sensations (logique), porno qui pourra paraître aujourd’hui très classique (zéro concept abracadabrante, mais des gens qui partent en quête du plaisir, tout simplement) mais résume à lui seul l’état d’esprit qu’insufflait la libération sexuelle dans les 70’s.

vlcsnap-error172vlcsnap-error732

Lass Braun (ou Alberto Ferro, selon les jours) continue sur sa lancée avec Love Inferno et Body Love, où il révèle une jeune fille de vingt ans au doux pseudonyme de Lolita da Nova. La fausse innocence incarnée, une crinière sauvage : laiteuse, boudeuse. Quelques années plus tard, Lolita se fera Rita : derrière ce faux nom, se cachait en réalité Catherine Ringer, chanteuse des Rita Mitsouko et exemple rare et triomphal de rebond après une carrière dans le porno. D’où ce légendaire clash avec un Gainsbarre onctueusement hypocrite. « Vous êtes une pute… » « et vous un gros dégueulasse ! ». T’as gagné Catty.

vlcsnap-error814vlcsnap-error855
Monsieur le baron et madame la baronne ont élevé leur fille dans le vice, ce qui n’empêche pas la concernée d’être intacte : pour combler son ennui, la douce Martine (Lolita/Catherine donc) s’enivre dans des étreintes saphiques fiévreuses. Mais ce jour là, ce sera le grand jour : adepte de l’échangisme (monsieur envoie madame dans des guets-apens sexuels réglés comme du papier à musique), le couple prépare une orgie pour le dépucelage de leur fille.

Cunnilingus flottant sur hamac, threesome dans l’escalier, voyeurisme de circonstance (Martine invite un reporter fouineur à coucher avec son « esclave ») : Body Love enchaîne des prouesses modestes mais avec un soin du cadre qui flatte la rétine et les sens. Dans une atmosphère façon Sade extra light, une hypnose sonore embaume chaque coïts à la perfection, avec une série de composition musicales qu’on doit au maître Klaus Schulze.

vlcsnap-error886vlcsnap-error923

Annoncée et attendue, bien servie, la partouze finale débute en fanfaronnade tantrique pour glisser sur la piste de la jouissance collective. A la fin de Sensations, l’héroïne épuisée d’extase par les corps, se consumait de plaisir et s’évaporait littéralement à la vue de tous. La fille/femme de Body Love, elle, enjambe la rivière de corps endormis et s’enfuit dans la nuit, délivrée et décidée. Après la jouissance, il faut croire que plus rien ne subsiste.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.