House (1977) Nobuhiko Obayashi : À l’ombre des jeunes filles en sang…

You may also like...

1 Response

  1. Samuel Silver dit :

    Que de souvenirs en écoutant les main theme de cet OFNI jubilatoire, dérangeant et nostalgique.

    J’ai eu cette chance d’avoir découvert ce film grâce à Jeremy, dans un ambiance égale a celle vaincu par les héroïnes, un après midi ensoleillé, mais a l’ombre des volets, un silence crispé et curieux devant des images tanto naïves et joyeuse, tanto délirante, angoissante et risible parfois.

    J’éprouve une sorte de respect pour cet univers si particulier qu’est Hausu, car il s’agit là d’un univers, ou on flirt entre des souvenir d’été lointain et les horreurs urbaines des années 80 qui n’était pas encore nées.

    Un film a voir, accompagné d’un amoureux du cinema, ça mange pas de pain et ça permet de découvrir dans la curiosité et le respect. Enjoy !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.